X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1

PHARE » Summer School

Summer School

Presentation Summer School PHARE / Présentation générale "PORTO 2019"

Each year, at the end of August and beginning of September, PHARE is co-organizing the Summer School on History of Economic Thought, Economic History and Economic Philosophy, with the support of ESHET (European Society for the History of Economic Thought). The School is held is different place each times and provides participants with a state of the art of current reflections on a specific topic, such as Fairness and the Economy (2018 - Greece), conflicts and cooperation (2010 - Italy) or Unemployment and the social question (2014 – Spain): it offers PhD students and young scholars specializing in economics, history of economics, economic methodology and related fields an overview of the evolution of the economic theory on these topics. The Summer school is also characterized by an interdisciplinary spirit: accordingly, the lectures aim at establishing links with recent developments on the topic in other fields, like sociology, psychology or philosophy.

 

Each student attending the school will present her/his research paper, which topic may differ from the Summer School’s one. The presentations are taking place in the presence of the members of the scientific committee and of some invited speakers attending the school, thus covering a broad area of expertise. Each presentation is discussed by another young scholar, followed by a question and answer session with the audience. In addition, individual tutorials are organized for each doctoral student with members of the committee or invited speakers.

 

Présentation générale

 

La XXIIe Université d’Été en Histoire de la Pensée Économique, Philosophie Économique et Histoire Économique se déroulera à Porto (Portugal), du 02 au 6 septembre 2019, à l’initiative de Phare (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et en collaboration, comme chaque année depuis 2008, avec un établissement différent en France ou en Europe. Cette année, ce sera l’Université de Porto. Cette manifestation annuelle, qui rassemble une vingtaine de doctorants et des chercheurs confirmés en histoire de la pensée et philosophie économiques, associe des objectifs de formation spécialisée, de confrontation des travaux des jeunes chercheurs et de sensibilisation à des thématiques contemporaines de la théorie économique (cette année, le thème retenu porte sur l’économie appliquée). Son organisation la situe à mi-chemin entre une université d’été classique et un workshop, puisque la place qu’y occupe la recherche est centrale. L’université d’été en histoire de la pensée économique est aujourd’hui partie étroitement associée à l’European Society for the History of Economic Thought (ESHET) et inscrit PHARE comme organisateur institutionnel régulier d’une manifestation scientifique au niveau européen.  

 

L’Université d’Été joue un rôle essentiel dans la structuration de sa discipline, l’histoire de la pensée économique, tant au niveau de la formation à la recherche doctorale (1) que de la recherche proprement dite (2).

 

(1)    Créée en 1998, elle fut d’abord un dispositif de portée presque exclusivement hexagonale, associant les chercheurs de quelques laboratoires qui, en France, maintenaient une tradition de recherche en histoire de la pensée économique : pour l’essentiel, dans les universités de Paris 1, Evry, Lyon 2, Nice, Grenoble 2 et Strasbourg 1. En faisant appel à des conférenciers invités français et étrangers, les membres de son Comité scientifique s’efforçaient chaque année, pendant la première semaine de septembre, d’encadrer de jeunes doctorants en les conduisant à intégrer des niveaux d’exigence croissants vis-à-vis de leurs propres travaux. Dès la naissance de l’Université d’Été, il était convenu que des établissements différents en soient, à tour de rôle, les organisateurs. Cette rotation entendait dépasser les clivages entre les Universités concernées en favorisant leurs collaborations sur un champ disciplinaire où les chercheurs français étaient particulièrement présents. Mais elle avait aussi pour objectif d’attirer des étudiants d’origines diverses et d’en favoriser la circulation. Très rapidement, cette organisation des Universités d’Été, où la présentation des recherches les plus avancées dans les différents domaines de l’analyse économique et des sciences sociales se combine avec la discussion des travaux des doctorants, a rencontré un vif succès.

 

Initialement destinée à des étudiants français (1 seul étudiant étranger sur 81 participations de doctorants entre 1998 et 2001), l’Université d’Été s’est transformée en une manifestation européenne, sans véritable équivalent sur le continent (37% de participation étrangère en moyenne sur les 4 dernières années) dans sa discipline. L’internationalisation qui s’en est suivie a touché tous les aspects de l’Université d’Été : la composition de son Comité scientifique, qui en constitue la cheville ouvrière ; les universités impliquées dans le processus ; les conférenciers invités ; la langue de travail ; les lieux d’organisation ; et jusqu’aux associations scientifiques qui lui ont apporté leur soutien.

 

Comité scientifique. Des Professeurs d’autres universités européennes se sont progressivement joints au Comité scientifique permanent, qui a ainsi acquis une dimension européenne. En 2003, après la première attribution du label « Université Européenne d’Été », en 2006, 2010 puis en 2012, ce Comité a intégré de nouveaux membres de nationalités allemande, espagnole, grecque, italienne, portugaise et turque.

 

Universités impliquées.  A côté de 5 Universités françaises (Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lille 1, Louis Lumière Lyon 2, Nice Sophia-Antipolis et Strasbourg), 6 établissements européens sont aujourd’hui impliqués dans l’organisation de l’Université d’Été : l’Université de Rome Tor Vergata et l’Université de Thessalie à partir de 2003, l’Université de Lisbonne à partir de 2006, Middle-East Technical University d’Ankara et l’Université de Saragosse à partir de 2010, l’Université de Hohenheim à partir de 2012.

 

Conférenciers invités. Les conférenciers invités reflètent, eux-aussi, cette dimension internationale : en 20 ans (période 1998-2017), sur les 136 conférenciers provenant de 16 pays différents qui sont intervenus dans le cadre de l’Université d’Été, 70 étaient étrangers (51 %).

 

Langue de travail. Dès la première année d’existence, des conférences en anglais avaient été organisées. Cependant, la langue de travail des doctorants était restée le français jusqu’en 2008, sauf pour les quelques doctorants étrangers qui participaient à cette manifestation, lorsqu’ils se trouvaient plus à l’aise en anglais qu’en français. Ce n’est qu’à partir de 2008 et de l’organisation de l’Université d’Été hors de France que l’utilisation de l’anglais comme langue de travail a permis d’accueillir des étudiants non francophones en nombre croissant, en même temps qu’elle ouvrait de nouvelles perspectives de collaborations à l’international.

Localisation. En effet, après avoir été organisée à Paris en 2008, le Comité scientifique de l’Université d’Été a pris acte de son caractère européen de plus en plus prononcé. L’Université d’Été a ainsi été organisée hors de France, pour la première fois, à Volos (Grèce, 2009 ; 2018), avant de l’être en Italie (Acqui Terme, 2010), au Portugal (Lisbonne, 2011), en France (Lille, 2012), en Turquie (Ankara, 2013), en Espagne (Saragosse, 2014), en Allemagne (Stuttgart, 2015), en France (Cargèse, 2016), en Italie (Côme, 2017) et le sera de nouveau au Portugal en 2019 (Porto).

 

Soutiens des associations scientifiques. Là encore, alors que l’Université d’Été était initialement parrainée par la seule association française d’historiens de la pensée économique (ACGPE, 1998), dès l’instant où son internationalisation a été amorcée, ce parrainage s’est successivement étendu à des associations italienne (STOREP, 2010), espagnole et portugaise (AIHPE, 2011), européenne (ESHET, 2011), puis à l’association allemande (AGW, 2012). Selon les années et les lieux où elle se déroule, ces associations participent au financement de l’UE.

 

Organisation. L’Université d’Été se déroule généralement fin août-début septembre (en 2019, du 2 au 6 septembre).  Elle offre aux participants trois types d’activité :

 

des Conférences animées par des chercheurs confirmés, français et étrangers ;

des Ateliers de présentations de travaux par les étudiants ;

un Tutorat recherche et publication visant à appuyer les étudiants dans la préparation de leurs travaux en vue d’une publication.

Un Programme culturel est en outre organisé, afin de permettre aux enseignants et aux étudiants de bénéficier du patrimoine culturel de la région concernée, généralement en dehors des parcours touristiques habituels.

En dépit de quelques ajustements permettant d’adapter programme de travail et programme culturel, la structure-type de chaque journée est identique : la matinée est consacrée aux conférences thématiques (généralement deux, d’une heure et demie chacune) et l’après-midi aux ateliers d’exposition et de discussion de travaux des étudiants (entre trois et six présentations) ainsi qu’aux séances de tutorat individualisé. Le programme culturel a généralement lieu à la mi-journée et en soirée.

 

(2) Du point de vue de la recherche proprement dite, un cycle de conférences est organisé chaque année. Les conférences sont articulées autour d’un thème différent pour chaque Université d’Été. Sur les neuf années précédentes, les thèmes choisis ont, par exemple, été les suivants : Théories du travail : Histoire et enjeux politiques (Volos, Grèce, 2009) ; Conflits et coopération : les leçons de l’histoire et de la théorie économique (Acqui Terme, Italie, 2010) ; Crises économiques et crise de l’économie: histoire, théorie et politique (Lisbonne, Portugal, 2011) ; Inégalités, pauvreté, discriminations (Lille, France, 2012) ; Croissance et développement : histoire, théorie et politique (Ankara, Turquie, 2013) ; Le Chômage et la Question Sociale (Saragosse, Espagne, 2014) ; La globalisation : passé, présent, futur (Stuttgart, Allemagne, 2015) ; Changements radicaux et transitions : L'Economie et ses relations avec d'autres disciplines (Cargèse, France, 2016) ; L’évolution de la théorie économique de la décision individuelle (Côme, Italie, 2017). Economie et équité : aspects théoriques, éthiques et politiques (Volos, Grèce, 2018). Ils permettent,

 

-          à des doctorants non nécessairement spécialistes de prendre connaissance de l’état de la recherche dans ces domaines et d’entrer en contact avec ceux qui y consacrent leurs activités de recherche ;

 

-          aux ‘séniors’ qui y participent d’entrer en contact avec d’autres collègues et de développer ainsi des collaborations futures. C’est, par exemple, par le biais du travail réalisé au cours des universités d’été que PHARE a été approché en 2015 par l’ESHET afin d’organiser le colloque annuel de cette organisation – ce qui a été fait l’année dernière (mai 2016) – qui réunit environ 350 chercheurs de toutes nationalités.

 

Les ateliers. Les contributions des doctorants aux ateliers sont sélectionnées selon des procédures analogues à celles qui prévalent habituellement dans l’organisation de colloques internationaux. On a, d’ailleurs, noté une amélioration sensible de la qualité des travaux et de leur présentation au fil des années. Chaque présentation, avec Powerpoint et, désormais, en anglais, s’appuie sur un texte écrit disponible pour tous les participants. Elle fait l’objet d’un commentaire par un rapporteur étudiant, qui s’initie, en réalisant souvent pour la première fois un rapport sur la contribution d’un collègue, à un aspect encore négligé de son activité professionnelle à venir. Au cours de la discussion qui suit, au moins un participant senior (conférencier ou membre du Comité scientifique) intervient systématiquement à travers ses questions et commentaires. A travers les ateliers, l’université d’été est donc organisée comme un colloque international.

 

Le tutorat. Le tutorat vise à favoriser l’insertion académique des doctorants en les aidant à réaliser leurs projets de publication, à travers tant la mise en valeur de leur apport, que l’adaptation formelle de leur travail aux attentes éditoriales, ou que le choix du support approprié. Chaque doctorant est ainsi pris en charge par deux tuteurs, membres du comité scientifique ou conférenciers invités. Cela suppose, évidemment, une grande disponibilité de la part des participants seniors, qui restent généralement présents pendant toute la durée de l’Université pour les membres du Conseil Scientifique, et souvent plus de trois jours pour les conférenciers invités. De fait, ces ateliers ont permis – tout comme le font les colloques, de nouveau – à de nombreux doctorants de finaliser leur article, aboutissant à des publications dans les meilleures revues internationales en histoire de la pensée économique.

 

Résultats. Pendant ses 20 premières années d’existence, l’Université d’Été en Histoire, Philosophie et Pensée Économiques a accueilli 272 étudiants en provenance d’une vingtaine de pays, qui ont chacun assisté en moyenne à 1,5 manifestations (statistiques sur la période allant de 1998 à 2017). Les indications dont nous pouvons disposer montrent que sur la période 1998-2011, 75% des étudiants ont soutenu leur thèse et obtenu leur doctorat (évaluation basse). Toujours sur la même période, la proportion de ces étudiants titulaires d’un doctorat occupant aujourd’hui une position académique (Professeur des universités, Maître de Conférences, Directeur de Recherches, Chargé de Recherches ou emplois équivalents en France ou à l’étranger) s’élève à 47% (évaluation basse).

Enfin du point de vue de la participation des doctorants de Paris 1, chaque année, ils forment le plus gros contingent des participants juniors, puisqu’ils représentent environ 1/3 des effectifs.

 

La thématique de 2019. La thématique retenue chaque année pour les conférences invitées est liée aux domaines de recherche des équipes des organisateurs locaux – ce qui facilite la mobilisation des chercheurs de l’université concernée et de leurs réseaux. La thématique de 2019 est l’économie appliquée : il s’agit de montrer comment l’économie appliquée s’est développée et à donner lieu à des nouveaux champs dans le domaine.  

 

 

 

 

 

Scientific Committee :

 

 

·        Çinla Akdere (Lecturer, Middle East Technical University, Turkey)

 

·        Richard Arena (Gredeg – Professor, Université de Nice - Sophia Antipolis, France)

 

·        José Luís Cardoso (Professor, Universidade de Lisboa, Portugal)

 

·        Ragip Ege (Beta – Professor, Université de Strasbourg, France)

 

·        Harald Hagemann (Professor, Universität Hohenheim, Germany)

 

·        André Lapidus (Phare – Professor, Université Paris 1, France)

 

·        Jean-Sébastien Lenfant (Clersé – Professor, Université de Lille 1, France)

 

·        Jean-Pierre Potier (Triangle –Professor, Université Lumière Lyon 2, France)

 

·        Annalisa Rosselli (Professor, Università degli Studi di Roma Tor Vergata, Italy)

 

·        Alfonso Sanchez Hormigo (Professor, Universidad de Zaragoza, Spain)

 

·        Nathalie Sigot (Phare – Professor, Université Paris 1, France)

 

·        Michel Zouboulakis (Professor, University of Thessaly, Greece)

 

 

 

Forthcoming summer school