X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1

Phare » Le laboratoire » Présentation

Engagement et confiance

 

En lien avec les projets consacrés à la théorie de la décision et aux théories de la justice, le projet Engagement et confiance s'intéresse à une notion qui parcourt l'histoire de la philosophie, mais également celle de l'économie (notamment dans sa dimension monétaire) : la confiance.

La philosophie morale et politique gagne en effet à se confronter à toute une série de questions techniques dont les économistes, mais aussi les sociologues et psychologues, sont de plus en plus familiers, et qu'on peut regrouper autour des notions suivantes : confiance, méfiance, pari, etc. ; engagement, pré-engagement, incitation, etc. ; endossement, métapréférences, contrôle, etc. Tandis que les discussions dans la philosophie économique portent souvent sur le caractère métaphorique ou non de certaines de ces notions - dont on se demande si elles rendent mieux compte de ce dont elles parlent que la théorie standard -la psychologie morale (celle des philosophes) des trente dernières années leur fait jouer un rôle majeur sans toujours considérer que les conduites des agents concrets ne sont pas facilement celles qu'on attend de personnes libres et raisonnables.

C'est sur la base de ce constat qu'est proposé un réexamen des fonctions des jugements de valeur, des actes de langage à dimension normative, des engagements publics, dans des contextes pratiques où leur force normative ne s'accompagne pas d'une influence motivationnelle et où les conditions institutionnelles, politiques et culturelles jouent un rôle déterminant. On fait le pari que l'éthique et la philosophie de l'action contemporaine, d'une part, et d'autre part les théories politiques et économiques de la justice sociale, ne capturent pas dans leurs filets propres - respectivement celui de l'acrasie et celui du « passager clandestin » - des conduites qui échouent à réaliser la justice.

Présentation Engagement et confiance

Engagement et confiance

 

En lien avec les projets consacrés à la théorie de la décision et aux théories de la justice, le projet Engagement et confiance s'intéresse à une notion qui parcourt l'histoire de la philosophie, mais également celle de l'économie (notamment dans sa dimension monétaire) : la confiance.

La philosophie morale et politique gagne en effet à se confronter à toute une série de questions techniques dont les économistes, mais aussi les sociologues et psychologues, sont de plus en plus familiers, et qu'on peut regrouper autour des notions suivantes : confiance, méfiance, pari, etc. ; engagement, pré-engagement, incitation, etc. ; endossement, métapréférences, contrôle, etc. Tandis que les discussions dans la philosophie économique portent souvent sur le caractère métaphorique ou non de certaines de ces notions - dont on se demande si elles rendent mieux compte de ce dont elles parlent que la théorie standard -la psychologie morale (celle des philosophes) des trente dernières années leur fait jouer un rôle majeur sans toujours considérer que les conduites des agents concrets ne sont pas facilement celles qu'on attend de personnes libres et raisonnables.

C'est sur la base de ce constat qu'est proposé un réexamen des fonctions des jugements de valeur, des actes de langage à dimension normative, des engagements publics, dans des contextes pratiques où leur force normative ne s'accompagne pas d'une influence motivationnelle et où les conditions institutionnelles, politiques et culturelles jouent un rôle déterminant. On fait le pari que l'éthique et la philosophie de l'action contemporaine, d'une part, et d'autre part les théories politiques et économiques de la justice sociale, ne capturent pas dans leurs filets propres - respectivement celui de l'acrasie et celui du « passager clandestin » - des conduites qui échouent à réaliser la justice.

Informations et contact :

Opens window for sending emailLaurent Jaffro

Retour